Ninnin à Bessans, l’hiver

  Ninnin à Bessans, l’hiver

 Il faut que ze vous raconte Bessans, tout là-haut dans la montagne, très loin. Tous les ans, z’y vais. Dès qu’on arrive, on passe chez Nounou Tracq.

nounou tracq

C’est lui qui règle le matériel et qui nous prête tout ce qu’il faut pour rigoler sur la neige.

préparation du matériel

 D’abord le ski. Le plus dur c’est d’arriver zusqu’à la piste à pattes, avec tout le matériel.

Aux pattes arrières, tu peux pas skier si t’as pas les grosses chaussures de torture faites exprès pour le ski, mais tu peux pas marcher si tu les as. Dans les pattes avant, tu portes tout le reste. Galère !

Moi, ze m’organise : tout dans le sac de Dom (mon humaine), et moi dans ses bras. C’est mieux comme ça.

 piste

Une fois arrivé, ze m’équipe et ça devient un zeu d’ourson : pour descendre, ze me laisse glisser,

 télé-ski

pour remonter, ze prend le télé-ski. Ça a un drôle de nom : ski, d’accord, mais la télé, ze l’ai zamais vue. Z’attrape la grosse barre et hop ! ça remonte tout seul. Ze maîtrise pas mal, et z’ai plein de médailles.

 l'ourson

Celle que ze préfère, c’est l’ourson.

 lac du mont cenis

Z’ai embêté Dom zusqu’à ce qu’elle fasse une belle photo du lac qu’elle avais dézà fait l’été, avec Amandine, Manif et Vicky.

Clic clac ! Y’a aucun ours au monde qui fait pareil !

 luge avec Titou

La luge, ze pensais que c’était bien. Alors z’en ai fabriqué une avec freins et tout. Après quelques essais pas terribles à cause de mon centre de gravité qui voulait pas m’obéir, z’ai laissé Titou se lancer. Pour lui, c’était parfait.

C’est vite devenu un cauchemar, passque le télé-luge, c’était moi ! Et Titou, il est pas au rézime sans miel ! Ouah le poids ! Z’aurais zamais cru !

 ours de neige

 Pour détourner son attention, z’ai proposé de faire un ours de neige. Et ça à marché.

On y a tous travaillé et comme on s’en est mis partout en même temps, y’avait pas 1 ours de neige, mais 9. On a quand même posé pour la photo et puis on est rentrés.

Vous z’allez pas me croire, mais on étaient tous mouillés alors qu’on n’avait pas vu d’eau. Bizarre ? Les copains d’Afrique (Cama et N’Go) étaient tous gelés, mais après un goûter chocolat-miel-confiture-bugnes, ça allait mieux.

Le ski de fond, ça glisse pas tout seul, y’a pas de remontée magique, faut s’agiter tout le temps comme un lapin Duracell, alors on n’a pas essayé.

 igloo

 Un zour, on a voulu faire les ours blancs : on a fait un igloo pour dormir à la dure. Il a commencé à faire froid, tomber des gouttes d’eau qui mouille et plein de bruits bizarres.

On a pensé à Dom et Mémé Monique qui étaient toutes seules au chalet. Comme elles pourraient avoir peur et qu’elles arrivent pas à se débrouiller sans nous, on est rentrés à toute vitesse.

descente au flambeau

 Pour finir le sézour, puisque ze skie sans mettre la truffe dans la neige, z’ai eu le droit de participer à la descente aux flambeaux : C’est la nuit, tu prends pas tes bâtons, tu prends un flambeau à la place. Z’ai peur du feu, mais ze le montre pas tellement ze suis fier de faire ça.

Voilà, les sports d’hiver ça s’appelle. Tous les ans, z’ai froid, ze suis fatigué, ze suis mouillé, mais z’ai hâte d’y retourner passque ze connais rien de plus rigolo !

 

 

Merci au magasin intersport Mr et Mme Tracq de Bessans

 d’avoir autorisé Nounou Tracq à poser avec moi

Retour aux histoires de neige

Retour aux histoires de sport

Retour à la liste des histoires

Mots-clefs : , , ,

Laisser un commentaire