Ninnin à Pékin

Ninnin à Pékin

    nid d'oiseau    

Après ma victoire aux jeux olympiques 2008, z’étais invité à visiter Pékin. Donc, cette année, direction « la Chine » dans un gros navion.

Arrivé au stade, ze cherche mes cop’s les Fuwas. Y’a un max de chinois et c’est pas facile, mais tout à coup :

   Jin Jin   

« -Salut Jin-Jin !

- Nihao Ninnin ! Content de te revoir !

- Moi aussi !

   huan huan   

- Ah ! Coucou Huan-Huan ! C’est chouette d’être à nouveau ensemble !

- Nous, on est très pris au stade, pour recevoir les visiteurs, mais on t’a préparé un ptit séjour agréable et sportif. Ça devrait te plaire. »

Et c’est parti pour trois jours de longues marches !

   temple du ciel 1     

D’abord, le temple du ciel avec ses zolis toits bleus. Z’ai pas tout de suite repéré le dragon au dessus de ma tête. En Chine, les dragons crachent de l’eau qui mouille ! Il va falloir être méfiant !

   temple du ciel 2   

Vu la forme des toits, pas de doute, on est bien en Chine. Z’adore toutes les belles peintures de couleur, et les poteaux blancs, bien pratiques pour m’appuyer.

   cité interdite 1   

L’après midi, hop, à la Cité Interdite. Ici, tous les toits sont jaunes et tous les murs sont rouges. Moi, ze serais Empereur, ze ferais plein de couleurs différentes, mais bon. C’est lui qui choisit !

   cité interdite 2     

Palais de l’harmonie et de la tranquillité. Tu parles ! Vu que la cité est interdite à personne, y’a tout le temps des chinois partout qui veulent être pris en photo. Quand ils me voient, ils rigolent et veulent me prendre aussi. Z’offre plein de cartes de visite, mais pour le calme, on verra plus tard.

C’est tellement beau que ze reste tout l’après midi. Le soir, z’ai mal aux pattes arrières.

Le lendemain : Muraille de Chine. Émilie (une bonne copine) m’avait parlé d’un téléphérique, alors z’étais détendu. Mais pour mes cop’s Fuwa, pas question :

« - T’es un héros, Ninnin, tu montes à pied ! »

   muraille 1   

Wouah ! Horreur ! 1 000 marches aussi hautes que moi ! Et ze suis en sandalettes !

   muraille 2   

À mi parcours, un pitit coucou à Mémé Monique, bien tenu par Dom (mon humaine qu’a touzours peur pour moi)

   muraille 3   

Et me voilà en haut. L’exploit vaut bien quelques photos souvenir, même si Dom m’a un tout pitit peu aidé.

   muraille 4   

D’ailleurs, ze constate que des plus grands que moi se font porter, hein ?

Ze redescends, fier comme tout, persuadé que ce que z’ai fait, aucun ours au monde ne l’a fait, quand ze rencontre Teddy.

   Ninnin et Teddy   

On bavarde, on échange les mails. Il vient d’aussi loin que moi : Nouvelle Zélande. Il a fait l’ascension aussi. Mon exploit n’est pas unique, mais z’ai un nouveau cop’s du bout du monde.

   tombeau des mings 1   

Pas le temps de s’attarder, le tombeau des Empereurs Ming m’attend. Pour se balader, leurs esprits ont une grande allée réservée, bien gardée par les statues.

   tombeau des mings   

Le mandarin est gentil avec moi et me prend dans ses bras,

   tombeau des Mings 3   

mais le méchant cheval fait une ruade, ze glisse et ze me retrouve par terre, la truffe la première. Quand ze me réveille, z’entends les douces voix de Dom et Mémé Monique et ze sens leurs bisous. C’est mieux que la médecine chinoise.

   tombeau des Mings 4   

Un peu étourdi, ze remonte tout de suite sur un animal sacré,

   opéra de Pékin   

et ze finis la zournée à l’Opéra de Pékin, la truffe un peu douloureuse, les pattes arrières ramollies, mais super content de mes visites à Pékin.

Ninnin

Ze remercie l’A.F.A. (Association Française d’Astronomie) de m’inviter à ses voyages d’étude et de permettre mes reportazes, Patrick Pelletier (Medas Instruments Vichy) et Cathy Di Gallo pour quelques photos.

    Retour aux trois histoires de Ninnin en Chine

Retour aux histoires asiatiques

Retour à la liste des histoires

Mots-clefs : , , ,

Une réponse à “Ninnin à Pékin”

  1. do dit :

    très beau reportage,bravo dominique!

Répondre à do Annuler la réponse.