Ninnin à Bessans, l’été

Ninnin à Bessans, l’été

glacier

Pour aller en Italie, on a eu l’idée de passer par les Zalpes. Et les Zalpes, c’est Bessans, là haut, loin dans la montagne. L’hiver ze connaissais, mais l’été ? C’est super chouette aussi. 

D’abord, z’ai skié avec Dom, sur un glacier à 3 000 mètres de haut. C’était super classe. L’avantaze sur l’hiver, c’est que t’as pas besoin d’emmener ton pique-nique, puisque y’a les moutons zuste à côté, dans les prés. Y’a qu’à se servir. Mais Dom a fait les gros zyeux, ze sais pas pourquoi, alors z’ai pas voulu la contrarier et z’ai changé d’idée.

  sentier Gluck1

Ze suis allé sur ma piste de ski de d’habitude, avec Gluck, un copain islandais qui connaît bien le coin : on a failli se perdre, tellement ça ressemblait pas. À la place de ma piste, des fleurs et de l’herbe.

 sentier Gluck 2

Gluck était sûr que c’était là, mais moi, z’en doute encore. Et pis, z’ai marché un max. Ça, c’est plutôt dur : ze m’accroche au sac à dos de Dom, sur le côté, ze regarde le paysage, et elle marche. Crevant !

Y’a plein de gens qui me croisent, me disent bonjour et qui m’admirent. Pas moyen de passer incognito ! À chaque fois, ze rentre épuisé. Mais après un pitit goûter brioche, miel, confiture des Zalpes, ça s’arrange

  lac mont cenis

On a fait une photo au lac du mont Cenis, avec Manif et Vicky

 source Arc

Pour la ballade aux sources de l’Arc, z’étais déçu : ze croyais zouer aux indiens toute la zournée, mais on a zuste vu une pitite rivière qui coule.

  sentier balcon, Bonneval sur Arc

Mais il faut que ze vous raconte mon aventure la plus chouette : Z’étais accroché comme ze l’ai dit, au sac de Dom, sur le côté. On marchait dans la montagne (enfin, surtout Dom) quand z’ai entendu pleurer et claquer des dents. Ze file un grand coup de coude à Dom pour qu’elle s’arrête et là, zuste en face de moi, assis sur un rocher, un tout pitit nours ! Tout trempé, tout glacé !

 Tinours

La nuit, y’avait eu un gros oraze, le zenre à sauter dans le lit de son humaine et à faire un caprice pour y rester. Lui, il avait dû passer tout l’oraze là : l’enfer !

Z’ai horreur des bains, mais une douche glacée à 2 000 mètres d’altitude, la nuit, sans calin ni bonbon après : le caussemard ! Z’ose même pas imaziner. On l’a cajolé, réchauffé, consolé et redescendu chez nous, au chalet.

Après, z’étais pas d’accord, mais Dom l’a relavé, avec un max de mousse. Lui qui était presque sec et qui sentait si bon. Quel dommaze !

Il ne se rappelle rien de sa vie d’avant. Sigmundo, un pote à moi dit que c’est le choc. Alors ze mets sa photo pasque on a cherché et personne n’a déclaré sa disparition au village (si tu le reconnais, tu m’appelles vite).

Du coup, il est resté avec nous. On l’a appelé Tinours et ça fait un cop’s de plus. Ze sais pas trop si z’ai envie qu’il retrouve son autre famille mais bon. Si c’était moi ? 

Et voilà comment ze suis devenu sauvetours de haute montagne.

 berger1

Le lendemain, ze me suis fait embaucher pour la transhumance. Ils cherchaient des bergers stagiaires. Ze croyais pouvoir dévorer un mouton ou deux (discrètement) mais au moment du départ, pas de bol, c’était des vaches ! Et là, c’est fichu, pasque ça a deux trucs très pointus sur la tête et mieux vaut pousser ta pluche si tu veux pas avoir un gros trou dedans.

 berger 2

Vu que Dom m’avait lavé pour aller à la zournée « Gueules de miel » à Paris (quelle idée !) z’ai eu envie de me rouler dans la bouse pour sentir meilleur, mais là, elle s’est fâchée et z’ai pas insisté pasque elle est assez gentille avec moi autrement.

Z’ai bien manzé la polenta et gardé les vaches (de loin) et puis on les a laissées avec les pros et on est rentrés entre stagiaires.

Ça m’a paru court comme sézour, mais l’Italie nous attendait, alors on est partis.

Retour aux aventures en France

Retour à la liste des histoires

 

Mots-clefs : ,

Laisser un commentaire