Ninnin chanteur-acteur d’opéra

Ninnin chanteur-acteur d’opéra

 1

Septembre 2017. Après les deux magnifiques spectacles à l’opéra Bastille de Paris, ze voulais pas finir l’année 2017 sans y retourner.

Mais Paris, c’est loin. Ze me suis dit :

« - Et si j’allais à l’opéra de Rouen ? Dom (mon humaine) et Mémé Monique devraient être faciles à convaincre. Allons voir le programme. »

Le barbier de Séville ! Opéra participatif. C’est quoi ?

2

Ze cite :

« Une participation active de la salle. Parce que chanter ne s’improvise pas, vous pouvez commander les partitions, le CD d’apprentissage, être présent aux répétitions, Suivre les conseils de Jeanne Dambreville, répéter encore et encore. »

Zénial ! Une folle aventure commençait !

 3

Z’ai tout commandé et tout reçu : Billets pour les trois séances, entrées aux deux répétitions, livret de partitions, CD d’entrainement. Ze devais m’y mettre sans tarder. Z’avais deux mois avant la première répétition.

 4

« -Piano pianissimo, tous avec toi….. »

Du courage, Ninnin !

Les notes, les paroles. Surtout, ne pas tout mélanger. Être précis sur les rythmes. Z’avais l’habitude de la chanson française, mais chanteur d’opéra, c’est vraiment autre chose !

5

Quand ze me suis senti capable, z’ai utilisé le CD que Jeanne avait mis au point exprès pour nous, avec Laura au piano qui remplace tout l’orchestre. Les deux mois sont vite passés.

 6

 3 décembre. Un peu anxieux, crès en avance, z’ai attendu que les portes de la salle s’ouvrent pour la répétition. Est-ce que z’étais au point ? Est-ce que Jeanne allait me virer du groupe tellement ze chantais mal ? Ou crop aigu ?

7

C’était pas écrit « réservé aux humains ». Z’avais beaucoup cravaillé. Z’étais légitime ici. Ze me suis installé. Mon cśur cognait plus fort que d’habitude. Malade ? C’était pas le moment pourtant !

 8

Et puis Laura et Jeanne sont arrivées et nous ont mis crès à l’aise. Z’ai reconnu la voix de Jeanne, qui était celle sur le CD. Gentilles ! Patientes ! Nous donnant des astuces pour bien faire ! Et z’ai entendu des choristes qui avaient moins cravaillé que moi. Ou étaient moins doués ?

Jeanne a dit :

« - la prochaine fois, c’est sans les partitions »

9

10 décembre. Ze savais tout : Les notes, les mots, les rythmes. Encore quelques détails à améliorer, mais ze me sentais de plus en plus chanteur-acteur-sans-partitions.

Jeanne a dit :

« - Il faut faire la tête qui va avec les paroles. »

Elle faisait super bien la tête qui va avec les paroles. Moi, moins bien. Grr ! Il me restait 5 jours.

10

15 décembre. Le jour J ! Z’avais mis ma plus belle tenue. Pas trop serré la cravate, sinon, ze chantais plus. C’est dur d’être chanteur-acteur-chic. Dans mon cerveau, tout se mélangeait. Le trac, ça s’appelle !

 11

Heureusement, y’avait une dernière répétition avec Jeanne. Z’avais encore beaucoup révisé et ze commençais à faire la tête qui va avec les paroles. Et puis on était venus en force : Anne, Mémé Monique, Dom et moi.

 12

Cette fois ci, c’était Christian, au piano. Gentil aussi. On n’avait pas beaucoup de temps pour s’échauffer et réviser. La tête douce, encourageante, vicieuse, sévère, paniquée, roublarde puis plus-beau-zour-de-ta-vie.

« - Je peux compter sur vous ?

- Woui, Jeanne, tu peux ! »

 13

Et on a rejoint nos vraies places. Dispersés ! Une ruse pour que les chanteurs-acteurs soient partout ! Z’ai découvert qu’en cas de trou de mémoire, il y avait le prompteur ! Pas besoin, ze sais tout !

 14

Ze me croyais le seul nounours chanteur-acteur, quand tout à coup, ce cube est arrivé sur scène ! Pendant une pitite demie-heure, z’ai été crès jaloux d’eux. Zusqu’à ce que Lindoro les jette sur Bartolo. Que Bartolo tombe dessus puis les envoie dans les coulisses sans douceur.

15

« -Poliice ! Poliice ! »

Jeanne nous avait demandé de nous lever d’un bond. Les spectateurs de devant se sont retournés vers moi avec des grands noeils ouverts. Hihihi ! Puis le final, les bravos. Pas de bis ? Dommage.

Le retour à la maison.

C’était passé trop vite. Z’avais hâte de recommencer.

 16

16 décembre. Ze m’étais habillé moins chic. Z’avais bien vu, la veille, que même les chanteurs étaient en tous-les-jours. Ze commençais à avoir mes habitudes ici : Vestiaire, pipi, salle de répétition.

17

Mais là, une énorme surprise m’attendait :

« Wouah, le monde ! Salle pleine ! Et chants parfaitement au point ! Vendredi, Mémé Monique avait dû lutter contre les fausses notes de son voisin. Pas de risques aujourd’hui. Que des pros !

 18

Christian et Jeanne ont été étonnés et ravis du nombre de choristes et de la qualité. 30 minutes d’échauffement et z’avais rejoint MA place. La même que la veille.

 19

Chantal, une collègue de Dom était à côté de moi. Ze voulais être parfait. Question d’honneur. Les noeils rivés sur Jeanne, là-bas, en bas, près de la fosse.

« Amour et joie immense rayonne dans nos coeurs » avec ma tête plus-beau-zour-de-ma-vie.

20

« - Bravo les solistes ! Bravo le chef d’orchestre ! Bravo Jeanne (troisième en partant de mon oreille droite) ! Ze suis Ninnin et ze chante le final de l’opéra ! Une autre une autre ! Vivement demain ! »

  21

17 décembre. Et c’est comme ça que ze me retrouve, pour la cinquième fois, devant le théâtre de Rouen, avec le même trac que la première fois, mais aussi le même plaisir.

 22

Z’y vais. Jeanne ne doit pas attendre. Respect à ma cheffe de choeur, ou de coeur qui démarre touzours tout pile à l’heure. Il va falloir profiter de tous les instants, pasque c’est la dernière.

 23

On m’a placé beaucoup plus bas mais toujours « à jardin ». Ze suis avec Dom. Mémé Monique est 6 rangées devant. Pas compliqué de faire une tête plus-beau-zour-de-ma-vie. C’est vraiment un des plus beaux zours de ma vie.

Pendant les saluts, ze vois bien les applaudissements de Jeanne et des solistes, vers nous, les choristes, tous debouts et fiers ! Truffe levée bien haut.

 24

18 décembre. C’est fini. Ze suis content, et un peu triste. Ze classe le CD, les partitions, les billets pour les glisser dans ma boite-à-souvenirs-précieux. Mais avant, z’ai une modification à faire sur le livret.

 25

Vivement l’année prochaine !

Un crès grand merci au théâtre des arts de Rouen, aux solistes, à Laura Fromentin, la pianiste du CD et des répétitions et à Jeanne Dambreville, notre cheffe de choeur, de coeur.

Un pitit regret : pas de « bis » à l’opéra, ça ne se fait pas. Dommage !

 

Retour à la liste des histoires

Retour aux aventures en France

 

 

 

 

 

 

Mots-clefs : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>