Ninnin sur les pas de Champlain : l’île d’Orléans

Ninnin sur les pas de Champlain

Chapitre 3 : L’île d’Orléans

 da

Le zour de mon arrivée, ze ne l’avais pas remarqué, Félix Leclerc. Il est sur la fresque des québécois, en bas à droite, avec sa guitare. Z’ai deux missions aujourd’hui : rendre hommage à Félix, la voix puissante du nationalisme québécois,

 db

et me replonger dans le 16ème et le 17ème siècle, l’arrivée de Jacques Cartier sur l’île d’Orléans qu’il a d’abord nommée île de Bacchus, à cause des vignes qui y poussent.

 dc

 C’est Thierry qui chauffe le char. Dans quelques secondes, au bout du pont, Ouindigo (le coin ensorcelé) pour les amérindiens. C’est bien ça qu’il me faut : un coin ensorcelé, une terre des esprits, 34 kilomètres de long et 8 kilomètres de large.

 dd

En 1541, Jacques Cartier a cru à la fortune : or et diamants. Rentré en France avant tout l’équipage, il s’est aperçu qu’il avait rapporté du quartz, de la pyrite de fer et du mica sans valeur. Très déçu, il n’est jamais revenu.

 de

D’autres ont eu plus de courage. Ils ont fondé leur famille icite : fruits en abondance, fourrures, sirop d’érable. En 1667, les 529 habitants étaient plus nombreux qu’à Québec.

 df 

Par chance, nous sommes là juste pendant les quelques semaines de récolte du sirop d’érable. Plongeon dans les métiers traditionnels. Chemise carreautée de rigueur. Ze suis correck ! Dom aussi !

 dg

Le tube noir entre dans l’érable pour lui voler sa sève. Entre mars et avril, c’est le printemps et la pleine saison de récolte. On voit les gouttes qui circulent dans le tuyau bleu et partent vers l’autoroute à sirop.

 dh

Tout autour de moi, des érables et des tuyaux bleus. Ze vais essayer de pas me prendre les pattes dedans. Seuls les tubes sont enlevés quand la récolte est finie. Ze n’aime pas qu’on prenne sa sève à l’arbre. Est-ce que ça lui fait mal ? Il faudra que ze me renseigne pour avoir un avis sur cette question. Ze vais relire « La vie secrète des arbres » en rentrant.

 di

Là-bas, le concours de sciage de bûche bat son plein. Deux catégories : humains et humaines. Y’a pas nounours. Ze préfère m’éloigner. Costauds, les québécois du 16ème siècle. Z’ai un creux et ça tombe bien.

 dj 

Tous les habitants de Saint Pierre font la fête à la cabane à sucre. Z’en suis ! Va falloir tenir le coup, Ninnin, pasqu’un bucheron québécois, ça mange !

 dk

Soupe aux pois en entrée. L’agriculture a toujours joué un grand rôle sur l’île et ze me demande bien comment tout peut pousser malgré la neige et le froid : pommes, raisin, fraises et framboises.

 dl

Musique traditionnelle, de Québec ou de France. Les colons ont apporté nos habitudes de vie, nos instruments de musique. Beaucoup sont venus de Honfleur et de Dieppe. Z’ai peut-être des cousins dans la région ?

 dm

Plats principaux : œufs pochés dans le sirop d’érable, saucisses, pâté à la viande, fèves au lard. Tout ça à volonté.

 dn

Intermède accordéon-violon turlutte pour faire glisser. Les serveurs font une démonstration de cuillères musicales qu’ils tapent en rythme contre les cuisses. Y’a pas d’âge pour commencer. Les enfants s’y mettent.

 do

Moi aussi, alors ! Takatakatakatak tapatapatapatapatap akatakatakatak tapatapatapatapatap takatakatakatak tapatapatapatapatap takatakatakatak tapatapatapatapatap. Z’adore !

 dp

Desserts : Tarte au sucre, crêpe au sirop d’érable. Pouf ! Ze suis plus que correck ! Une pitite promenade digestive s’impose sinon, ze vais éclater. Ze crois que c’est fini, mais non.

 dq

Dehors, c’est « tire sur neige ». Le sirop chaud est versé sur la neige en grandes bandes. Z’attends un peu que ça refroidisse, ze colle le bout de la bande de sirop contre mon bâton et ze roule délicatement.

 dr

Slurp slurp slurp. Ze peux recommencer tant que ze n’ai pas usé le bâton.  Slurp slurp slurp.

« - Dom, on va voir Félix Leclerc ?

- Bien sûr, mon doudou. On file au cimetière de Saint Pierre. »

 ds 

Ze reste concentré sur ma mission du jour : déposer mes chaussures auprès de Félix. L’émotion me gagne. Félix a écrit :

« Moi mes souliers ont beaucoup voyagé

Ils m’ont porté de l’école à la guerre

J’ai traversé sur mes souliers ferrés

Le monde et sa misère »

 dt

La tradition veut qu’on laisse ici des souliers ayant une importance. Regardez ! Il y en a déjà une paire ! Wouah ! Toute la neige ! Tant pis ! Ze vais pas lâcher si près du but !

 du

Par respect, malgré le froid, z’enlève ma tuque, ze garde mes mitaines. Émotion et recueillement. Silence. Silence. Silence.

 dv

Avec ces chaussures, ze suis monté à 3 000 mètres, dans les Alpes, attaché au sac à dos de Dom.

« - Moi mes souliers ont passé dans les prés

Moi mes souliers ont piétiné la Lune »

 dx

Là, ce sera bien. Il parait que certaines chaussures sont distribuées aux sans-abris. Ze suis d’accord pour qu’elles servent à une poupée ou un nounours qui n’a rien. Moi, ze suis pas mal gâté par la vie.

 dy

Dom dépose aussi les siennes. Ze pense fort à Félix qui a défendu avec conviction  la langue française et ouvert la voie(x) à tant d’autres. Respect !

 dz

L’espace « Félix » est là, mais fermé. Pourtant, selon le guide touristique, il devait être ouvert ! La coquecigrue sur le toit est le porte-bonheur de ce lieu. Un bon point pour moi.

 ea

De l’autre côté de la route, une statue « Félix », paisible, face au fleuve. Z’ai pas de babiches. Ze prends pas de chance. Ze regarde Aurélie Octavie et leurs parents s’éloigner. Eux, ont des chaussures de neige.

  eb

Au fond, là-bas, Beaupré où Champlain a établi sa première ferme, la chute de Montmorency qu’il a nommée ainsi en l’honneur du Duc, vice-roi de la Nouvelle-France.

  ec

 Z’ai fait un vœu chez Benjo, z’ai réussi l’épreuve des chaussures, z’ai trouvé la coquecigrue. Ze ne vois plus ce qui peut m’empêcher d’avoir la chance de rencontrer Samuel de Champlain dans les prochains jours.

 

 Retour à la liste des histoires

Retour à « Ninnin sur les pas de Champlain »

Ze remercie Aurélie, Francette, Octavie et Thierry de leur accueil et de leur aide permanente, sans qui cette aventure n’aurait pas été possible, le musée Grévin-Montréal et ses gentilles photographes.

 

Mots-clefs : , , , ,

Laisser un commentaire