Ninnin sur les pas de Champlain. 5- Le 17ème siècle.

Ninnin sur les pas de Champlain.

5- Le 17ème siècle.

 ha

Horreur ! Pendant la nuit, Notre Dame de Paris a brûlé ! Z’ai tous les poils de la pluche qui se dressent. Moi qui me vantais de mes cathédrales françaises, gothiques, belles, 550 ans plus âgées que Marie-Reine-du-Monde. Z’aurais pas dû faire le malin. Marie, au moins, est en bon état !

 hb

Z’ai mal au ventre et la tête qui tourne. Ze peux pas perdre de vue ma mission, mais il me faut un remontant. Les bonbons du Pitit coin latin devraient suffire. Courage Ninnin !

 hc

Le bus régulier me propulse « chute de Montmorency ». Le chauffeur m’a expliqué comment entrer sans payer. Le bruit de l’énorme chute a fait le reste. 277 pieds de chute, 100 pieds de plus que celles du Niagara !

 hd

Après la chute, la rivière redevenue paisible se jette dans le Saint Laurent. Tout près, Champlain avait installé sa ferme. À la même époque, Montmorency était vice Roi de la nouvelle France. Ze suis enfin au bon siècle !

 he

Un peu de campagne va me faire du bien. Depuis que ze suis arrivé, z’en ai pas pantoute vu. Que des villes, des maisons, des monuments !

 hf

Z’ai bien fait d’attaquer par la rive gauche : le soleil est pile bien pour un magnifique arc-en-ciel. Les autres français du bus sont partis par la rive droite. Dommage pour eux.

 hg

Il fait super beau, presque chaud. Ma tuque va rester au fond du sac de Dom. Z’ai choisi les mitaines légères ce matin, assorties à mon chandail.

 hh

Ze flâne dans le grand parc. La neige interdit la descente et les promontoires en surplomb. Tant pis. C’est joli quand même. Des fous y vont en sautant les barrières. Ze ne suis pas fou.

 hi

Dom a emporté le pique-nique. À midi pile, on s’installe confortables, en plein soleil et on mange tout. On n’a pas pris de chance : pâté de foie et pain européens, banane mandarine. Ze m’intègre avec prudence !

 hj

Le ventre bien plein, ze démarre la visite de la rive droite. On voit bien la vapeur d’eau au dessus de la chute mais ze suis à bonne distance.

 hj1

En face, c’est l’île d’Orléans que z’ai tant aimée. « 42 milles de choses tranquilles » a dit Félix. Quel poète, quelle île. Z’y reviendrai, c’est sûr !

 hk

Ze remonte et là encore, la chance est au rendez-vous : le soleil a tourné et l’arc-en-ciel est de ce côté ! Encore tant pis pour les autres français qui doivent être passés « rive gauche ». Les vapeurs d’eau gèlent fort et forment le gros tas, à droite, le pain de sucre. Sucre-glace, hihihi !

 hl

Il est temps de rentrer. Hier, Aurélie et Octavie, les pitites humaines de la maison m’ont dit :

« - Ninnin, prends des bas de rechange. » Elles avaient raison. Z’ai les pattes arrières mouillées. Ze vais me changer pendant le retour.

 hl1

Le bus n’entre pas dans la vieille ville. Ze vise bien l’arrêt le plus proche, puis ze reviens à pattes sur la terrasse Dufferin. Il faut descendre au bord du Saint Laurent pour prendre le traversier, direction Lévis.

 hm

Francette a dit :

« -Petit Ninnin, ne prend pas le funiculaire. C’est dangereux et mal entretenu. »

Peut-être, mais c’est rapide, court, sans effort, ça mène tout droit à l’embarcadère et ze suis pas pitit. Ze prends le funiculaire.

 hn

C’est Champlain qui a appelé ce lieu « Lévy », en l’honneur d’Henri de Lévis, vice Roi de la Nouvelle France, comme Montmorency, au même siècle. Z’ai sûrement des infos à récupérer là-bas.

 ho

Guillaume Couture y a zoué un rôle aussi. Coureur des bois. Donc un pro des relations indiens-français. Débrouillard, baroudeur, interprète huron-français, iroquois-français, marié à une indienne, avec des enfants métis, il me plait !

 hp

10 minutes pour accoster à Lévis. C’est parfait. Il y a deux semaines que le Saint Laurent a calé. Ze regrette d’avoir raté ça. Il reste quelques plaques de glace. Grandiose !

 hq

Il parait que la terrasse de Lévis offre une excellente vue sur le vieux Lévis, Québec et son château. Allez-y si vous voulez. 4 Ninnins de hauteur de neige. Ze reste ici à vous attendre.

 hr

Ici aussi, on défend la langue française. Pas question d’écrire « STOP ». Ce pays me plait. Z’ai rien contre les influences étrangères. Ze suis contre les invasions et le mépris.

 hs 

Guillaume Couture était né à Rouen, où j’habite. C’est peut-être pour ça que ce bois, c’est « Grand-Quevilly », comme à 4km de chez moi. Pas très ressemblant !

 ht

Z’ai beaucoup marché et pas trouvé grand-chose pour faire avancer mon enquête. Ze redescends en admirant les maisons typiques et le ciel bleu.

 hu

L’église anglicane a été transformée en salle de spectacle. Elle est entretenue et animée. Bonne idée !

 hv

Ze reprends le traversier. Ils ont vendu à Dom un billet « +65 ans ». Comme c’est moins cher, elle n’ose pas râler. Hihihi ! Z’ai l’air si vieux que ça ?

 hw

Retour « rue du pitit Champlain », sans neige. Bien au chaud, bien au sec, ze peux mieux ouvrir les nœils et ze découvre que mes cop’s de Paris, les jumeaux Bisou et Zazou ont leurs magasins ! Et « Ninnin », ça existe ?

 hy

Il faut dormir. Demain, ze suis invité au ciel ! Pour rencontrer Samuel ? Le seul siècle que ze n’ai pas parcouru, c’est le 18ème et la fameuse bataille des plaines d’Abraham. Pourvu que z’aie le temps ! Pourvu que ze voie Samuel de Champlain ! Ron pschch ron pschch.

 

Un dictionnaire Québec-France est disponible icite.

Retour à la liste des histoires

Retour à « Ninnin sur les pas de Champlain »

 

 

Ze remercie Aurélie, Francette, Octavie et Thierry de leur accueil et de leur aide permanente, sans qui cette aventure n’aurait pas été possible, le musée Grévin-Montréal et ses gentilles photographes.

 

 

Mots-clefs : , , , ,

Laisser un commentaire