Ninnin libéré 1

L’avenir de Ninnin

1- Ninnin libéré !

 aa

Après cette sombre période, en route pour chez Marine et Sylvain, à l’est. Mes cousins sont prioritaires sur toutes les autres destinations possibles. On a le droit d’aller où on veut. Juste une restriction de couvre-feu. Ze suis un nounours trop sérieux pour en tenir compte.

 ab

Z’ai zamais eu autant de plaisir à pique-niquer sur une aire d’autoroute ! Sortir le pain et le pâté au milieu des voitures, boire son eau avant que les mouches ne trempent dedans. Quel bonheur !

 ac

Comme d’hab, Mémé Monique a préparé un flan. Tout se passe au mieux. Marine et Sylvain viennent d’ouvrir un nouveau magasin et z’ai pas pu aller les aider pour l’inauguration. Ça m’a énervé. Z’espère que le G.P.S. de Dom est à jour, avec la nouvelle adresse.

 ba

Ze m’inquiétais pour rien. On l’a vue de loin, l’enseigne ! Hihihi ! Encore quelques mètres et ze vais réaliser un de mes rêves de nounours confiné.

 bb

Excité comme un ourson, ze parcours les allées de ce supermarché de l’accessoire moto, histoire de visiter. Z’ai bien vu que Mes cousins sont crès occupés avec les clients. Ze ne veux pas faire rater une vente. Ici, les gants d’été.

 bc

Quand un cruc te plait, tu peux essayer et te regarder dans les glaces. Les autres clients sont sympas et te disent si ça te va ou pas. Ils me vont. Ze prends les gants.

 bd

Y’a tellement de rayons que ze pourrais me perdre si ce n’était pas si bien indiqué. En visio conférence, Marine m’avait parlé des poupouilles. Z’en veux bien, des poupouilles, mais ze ne sais plus ce que c’est.

 be

30% de réduction ! C’est beaucoup ! Z’espère qu’ils vont faire un bon chiffre d’affaires malgré ces réductions et les mois  d’arrêt de ballades en moto, ou à pied, ou en voiture ou en train ou en avion. Pas mal, ce pantalon.

 bf

Ze suis bien trop pudique pour essayer tout ça devant tout le monde. Pas de soucis. Il y a les cabines ! Nombreuses, spacieuse, bien équipées. Ici, les patrons ne cherchent pas le bénéfice maximum, mais le bien-être du client et du travailleur.

 bg

 Un client heureux est un client qui dépense et qui revient. Un travailleur heureux est un travailleur qui reste et qui bosse bien. Tiens, le même casque que le mien. Et le même que Sylvain, là, à côté !

 bi

Euh, non. Ze vais quand même pas prendre des renforts de Super-Ted. Il me faudrait au moins deux tailles de plus de blouson et z’aurais l’air d’un ballon en pluche.

 bh

Wouah ! Cette draisienne est parfaite pour mon pitit cousin ! Ze l’imagine déjà à fond dans les descentes, les virages, sur les parkings au milieu des voitures. Euh, z’imagine les chutes aussi, et les angoisses. Fausse bonne idée. Ze vais la laisser ici.

 bj

Pfout !une pitite pause s’impose. Dom choisit les boissons au distributeur pendant que Mémé Monique et moi, on se réserve un bloc. Z’adore ce coin et il semble que bon nombre de clients aussi.

 bk

Ze suis de la famille des patrons, alors z’ai le droit d’aller partout : la terrasse avec vue sur les collines est réservée aux fêtes de l’équipe « Dafy ». Si on veut tout préparer pour que les cousins n’aient plus qu’à mettre les pattes arrières sous la table en arrivant, il va être temps de rentrer à la maison.

 bl

« - Oh que c’est plaisant de vous revoir, les cop’s !

- Ninnin ! Tu es là ! On avait du mal à y croire, mais c’était vrai ! On t’a préparé quelques découvertes dans la région à partir de demain. Pour l’instant, on file en cuisine !

- Génial ! »

 ca

Le lendemain matin, Marine et Sylvain sont partis de bonne heure vers le magasin. Nous, on a le temps de visiter. Vraiment, z’ai zamais pris une voiture avec autant de plaisir !

Ze veux revoir tout ce que ze connais déjà : Delme et sa maison bizarre.  Hihihi. Un peu de soleil et elle va fondre totalement.

 cb

Zuste à côté, la synagogue. Elle ne sert plus comme lieu de culte. Hélas, ze me cogne touzours la truffe à la porte, alors que ze m’arrête à chaque fois avec l’espoir de visiter l’intérieur. Ze vais devoir revenir.

 cc

Là haut, c’est de l’hébreu, et des étoiles. Une autre langue, une autre écriture. Tora ou talmud ? Sûrement une phrase importante.

 cd

Grâce au bel appareil photo de Dom, on peut faire un « panoramique » et voir les deux en même temps, avec moi bien sûr.

 ce

On s’est arrêtés à la boulangerie et on revient avec un pâté lorrain. Il faut touzours goûter les spécialités régionales, surtout quand on n’a pas eu le droit de sortir pendant si longtemps.  Les cop’s me passent leur programme de visites : Liverdun et Messein. C’est parti !

 cf

« - Dom, on peut goûter aussi aux moutons locaux ?

- Non, Ninnin ! Tu ne voudrais pas que tes cousins soient fâchés avec leurs voisins !

 cg

- Un tout pitit prélèvement, Dom. Ils ne savent peut-être pas exactement combien ils ont de moutons, les voisins. Ils ne s’en rendraient même pas compte.

- Non, Ninnin ! Ils savent et seraient très fâchés ! »

 ch

Z’ai pas insisté. On est partis vers Liverdun, au sud de Nancy. Pitit village typique avec boucle de Moselle. Ze connais pas. Ze vais m’en mettre plein les nœils après tant de mois sans aucun droit.

 ci

La porte du moyen âge donne une idée de la suite. Tout ce que z’aime : nature, belles maisons, beaux monuments, Dom et Mémé Monique près de moi, logé chez des cop’s.

 cj

L’église Saint Pierre était signalée sur le descriptif. Z’y vais.

 ck

Hihihi. Le soleil tape sur les vitraux et fait de jolies couleurs sur les pavés.

 cl

Ah, les voilà, les vitraux ! Dom a un faible pour tout vitrail et surtout ceux de la cathédrale de Paris. On est bien contents qu’ils n’aient pas été abimés par l’incendie. Dom pense  ne jamais les revoir mais elle est contente quand même, pour Tom et tous les bébés actuels qui les verront demain.

 cm

Le lavoir. Il en fallait, du courage, pour venir ici. Et tout ça pour donner à son linge une affreuse odeur de propre ! Parfois, z’ai du mal à comprendre les humains.

 cn

Les maisons typiques. Il y a des ptits dessins sur les panneaux d’explication. Dom dit que c’est des Cu-air codes. Elle approche son téléphone tout neuf et lit des explications. Ze crois qu’elle s’amuse, en fait.

 co

Ze préfère visiter à l’ancienne, la truffe en l’air, pas collée à un écran.

 cp

Bonne idée, de peindre les volets avec des couleurs différentes. C’est joli ! Les cafés sont fermés. Pas moyen de boire un coup nul part. Mais Dom a tout prévu !

 cq

On s’installe sur le muret et elle sort sa thermos du boulot, celle que son patron lui a payée pour qu’elle ne boive plus dans les tasses cradingues de on- sait-pas-qui.

 cr

Alors, on prend le goûter thé pitits biscuits, avec vue sur la boucle de Moselle et le lilas. Au soleil, bien couverts, il fait quand même un peu chaud.

 cs

Et puis il est temps de retourner chez Dafy. Ce soir, ze suis le chauffeur personnel de la Patronne. Le magasin ferme à 19H00. On a 30 minutes de route. Il n’a pas prévu ça, Macron, quand il a fixé le couvre-feu.

 ct

En plus, il faut fermer la caisse, baisser les volets métalliques, activer l’alarme. Ze serai pas confiné à 19h00. Bof.

 cu

En Normandie, on a les pommes. Ici, ils ont les myrtilles. Délicieux ! Demain, ze me ballade encore et ze repasse chez Dafy en fin de zournée.

Vive la liberté !

Retour à la liste des histoires

Retour aux aventures en France

 

 

 

 

 

Mots-clefs : , , ,

Laisser un commentaire