Mots-Clés ‘eclipse’

Éclipse totale de lune

Mardi 25 septembre 2018

Ninnin et l’éclipse du 27 juillet 2018

 

 11 éclipse aa

En tant qu’astronomours, ze me devais d’y être. En grande tenue d’apparat. L’éclipse de lune du siècle. La veille, z’avais pris des repères et de belles photos. Depuis le début de l’été, il faisait un grand soleil magnifique. Ne rien laisser au hasard.

 11 éclipse ab

Le 27, bien avant l’heure, ze suis retourné, sûr de moi, au lieu d’observation choisi. Pas grave, ces nuages. Ils vont passer. Ils me laissent le temps d’installer le matériel.

 11 éclipse ac

Le même pied de photo que dans les rocheuses, la même excitation. Mon site est parfait. Tout devait  bien aller.

 11 éclipse ad

Oui, mais voilà. Ze n’ai vu que ça de ciel bleu. Rien à faire ! Jaloux de la France entière, ze téléphone fébrilement partout : personne ne voit rien ! C’est consolant ! Sauf ma cousine Marine, à Nancy.

 11 éclipse ae

Les photos de la lune, prises la vieille, c’est plutôt énervant ! Et puis, il s’est mis à pleuvoir. Fort. Mais vraiment fort !

 11 éclipse af

Ze suis remonté bien triste dans la voiture et c’est là que Brigitte à appelé :

« - Allo, Ninnin. Je ne vois rien, et toi ?

- Rien non plus !

- Que dirais-tu de me rejoindre à Lyon, dans quelques jours, pour des observations de nuit, avec mon énorme télescope ?

- Génial Brigitte ! Lyon, c’est ma ville natale. Z’arrive ! »

 

Grâce à Brigitte, z’étais plus triste du tout. Une nouvelle aventure allait commencer.

 

 

Pour sauver Shirley 3ème partie

Dimanche 14 janvier 2018

Pour sauver Shirley,

Ninnin aux USA 3ème partie

L’éclipse

 100

 Le pitit dèj. des USA, c’est comme le reste : tout bien sucré et bien gras. Pour le lait chocolaté, on a décidé d’utiliser nos réserves, plutôt que d’avaler leurs mixtures. Pour les MNM’s, ze résiste pas.

 101 

Pas d’affolement, ze verrai en rentrant si ze suis devenu trop rond. C’est quoi, des pounds ? Pour l’instant, ze rentre encore dans mes jeans.

Le bus fait le plein d’essence à une station spéciale « gros volumes », allons voir dehors.

 102

Dommage que la clenche soit trop haute, z’aurais bien visité l’intérieur. Mais non, z’ai pas rétréci ! Il faut changer de point de vue. C’est tout !

 103 

Hop ! Le rouge lui va bien, vous trouvez pas ? Super astiqué, pare-brise frotté, 4 rétros et une remorque assortie. La grande classe !

 104

Existe en bleu, blanc, or, noir, vert, violet (mes préférés, mais rares).

Chacun est propriétaire de son camion et se débrouille pour avoir des trucs à transporter. Chauffeur-livreur-commercial-laveur !

 105 

Oh ! Les belles cheminées ! Et les klaxons sur le toit ! Ron (notre chauffeur) et Dam (notre guide) ont bien fait de nous arrêter ici. Un grand moment du voyage !

 105a

« - No fotos ! » a dit la camionneuse, sans humour, avec des gros muscles. Ze comprends pas l’américain et ze suis crès curieux. Il a l’air bien entretenu, ce moteur. Elle devrait être fière !

 106

Celui-ci, par contre, qui frotte son pare-brise, moteur bien chaud et en marche devrait relire son manuel de sécurité au travail avant de perdre l’équilibre et de se faire brûler et découper en fines rondelles. Partons ! Ze veux pas voir ça !

 107 

On a roulé plein nord zusqu’à Salt Lake city, l’état des mormons. Leur symbole est une ruche. On va bien s’entendre ! Entrons au palais du gouvernement.

 108

Z’aime pas trop le décor. C’est comme une grande BD sans style, qui raconte l’arrivée des premiers chariots, en 1846. Ze préfère le « chic décontracté » au « regarde comme ze suis riche ». Ze ressors.

 109 

Au loin, les montagnes des jeux olympiques d’hiver 2002. Z’adore le sport ! Plus de la moitié des habitants sont skieurs-golfeurs-non-croyants. C’est l’été. Pas un seul flocon dans le ciel.

 110

Wouah ! Trop beau, le tabernacle du temple ! 11 600 tuyaux pour l’orgue en bois de pin, sono et éclairage dernier cri. Subventions ? Non ! 10% de chaque salaire de chaque mormon est versé dans le pot commun. Euh ?

 111 

Donner un max d’argent, laisser mes oursonnes se marier toutes jeunes et faire un ourson par an avec des vieux ours qui sont déjà plus célibataires, rejeter les ours de couleur de pluche trop foncée. Quitte à vexer, moi, ze dis non, tout net ! Malgré la ruche, on va pas s’entendre. Z’espère que Shirley n’est pas d’ici !

 112

Salt lake city, ça veut dire La ville du lac salé. 120 kilomètres de long, un des plus grands au monde. Il est 6 fois plus salé que la mer parce qu’il n’a pas de rivière qui en sort. Zuste l’évaporation. Ze pouvais pas partir sans voit le lac.

 112a

Certains humains plongent sans hésiter. Pas moi ! Le sel, c’est crès mauvais pour ma pluche, aucun poisson ne peut y survivre et dans le sable, plein de pitites bestioles sautent. Boeurk ! Et puis, c’est l’heure !

 113 avant l'éclipse 

L’heure de dormir. Rien qu’une heure ou deux. Quel gâchis ! Cette belle chambre avec deux lits géants pour seulement jusqu’à 23h30. Dors Ninnin !

 114 

Minuit pile : départ pour Rexburg, éclipse totale de Soleil à 11h30. Ils sont fous, ces astronomes ! 240 miles (les kilomètres américains), 3h23 de route, d’après mon GPS. Pourquoi on part si tôt ? Pasqu’ils ont peur des bouchons, des pannes de bus, des ze-sais-pas-quoi ! Fous, ze vous dis !

 115 

À 4h30, on y est. À 8h30, Dom me secoue, m’habille avec mon ticheurte « éclipse Australie 2012 », m’emmène tout grognon vers le lieu choisi. Brr. Pas chaud ! Et puis, on retrouve l’autre groupe d’astronomes, avec Patrick, Jean, Joceline que z’adore et ze suis plus du tout grognon.

 116

Le ciel est tout bleu. Comme d’habitude, Patrick a choisi l’endroit idéal. Le Soleil est au rendez-vous, mon matériel en état de marche. Vas-y, l’éclipse, ze suis prêt.

 117

Et elle commence. Les trous de la passoire deviennent des croissants de Soleil.

« - Shirley, vole et vient me voir ! Ze suis là ! Il fait presque nuit ! »

 118

Dom fait des trous dans un papier et sur moi aussi, on voit des croissants de Soleil.

 119

Les « pros » ont préparé, bien avant aujourd’hui, des montages. On s’amuse comme des oursons !

 120

On s’excite aussi, comme des oursons. Il fait moins froid, mais plus sombre. Le croissant devient plus fin. C’est à chaque fois pareil, mais ze m’en lasse pas.

 121

Ciel bleu, mais presque nuit. Mémé Monique prend méthodiquement une photo toutes les 5 minutes. Dans ce parc de centre-ville, il n’y a plus un carré d’herbe libre.

 122 

Aucune chance d’entendre le silence des oiseaux ou de voir les vaches rentrer à l’étable. Un égoportrait zuste avant la totale. L’émotion me gagne. Pourvu que Shirley n’ai pas peur de la foule.

 123 

Plus qu’un tout pitit coin de Soleil, et, du coup, il manque des rayons !

 123a 

Et puis, la lune mange tout ! Le diamant ! Grandiose !

 124

2 minutes 30 secondes. Pas le temps d’en profiter vraiment, de voir le paysage, les protubérances, les éruptions. Ze crie, ze pleure, ze ris, ze vois des étoiles. Et puis le Soleil revient.

 125

Shirley ne m’a pas contacté. C’est vrai qu’on n’est pas dans un parc national. Mais z’y comptais beaucoup.

Les mordus regardent encore et continuent les photos.

 126a 

Nous, on fait un magnifique égoportrait de nous 6 : Mémé Monique, Liliane, Raymond, Florence, Moi, Dom. Trop heureux !

Une heure après, on est sur la route vers Yellowstone et le Wyoming, dans un gigantesque bouchon : 4 heures pour 100 kilomètres et enfin mon lit !

 126

Ze suis accueilli par Wolk.

« - Des chauves-souris, dans ton parc, c’est possible ?

« - Oh, non ! Avec les dégagements de soufre, les éruptions, les pauvres, elles seraient en grand danger !

 127 

- Quel dommage. Bon, et des potes dans les boutiques pour ma pétition ?

- Ah ça, oui ! Tu en verras !

- Super nouvelle ! Bonne nuit Wolk. Pour Shirley, il me reste encore beaucoup de parcs. Rien n’est perdu.

- Bonne nuit, Ninnin. Je veille ! »

Dom n’est pas une fana des boutiques. Ze vais devoir ruser !

Retour à « Pour sauver Shirley »

Retour à la liste des histoires

 

 

Ze remercie l’Association Française d’Astronomie de m’avoir accueilli gratuitement, avec le sourire dans un de ses voyages pour la 6ème fois, Betty, pour la tenue de cow-bear qui me va si bien, Mémé Monique pour la tenue d’indien magnifique, Babet et Georges, pour l’arrivée de Bibi à la maison, Dam et Ron, les américains.