Mots-Clés ‘ours’

Dictionnaire Québec-France

Vendredi 24 mai 2019

québécois

français

tabarouette

zut

puck

Palet de hockey

jaser

bavarder

Dormir au gaz

Etre passif

Tricoté-serré

Soudés, unis par un lien fort

toutou

nounours

Prends pas de chance

Prends pas de risques

Se faire passer un sapin

Se faire avoir

Ne pas lâcher la patate

Tenir bon

magasiner

faire les magasins

Gros becs

bises

Chemise carreautée

Chemise à carreau (rouge et noir)

Cogner des clous

Lutter contre le sommeil

Chauffer le char

Conduire la voiture

icite

ici

Je suis correck (correct)

Tout va bien

turlutter

chanter

La tuque et les mitaines

Le bonnet et les gants

Les babiches

Les raquettes (pour la neige)

Tomber des peaux de lièvre

Neiger à gros flocons

Rester assis sur son steak

Rester à ne rien faire

Tourner les coins en rond

Faire vite et mal

magané

fatigué

pantoute

Pas du tout

Des bas

Des chaussettes

caler

La débâcle du fleuve

C’est ben plate

C’est bien dommage

Les lumières

Les feux de signalisation

Attache ta tuque avec de la broche !

Accroche toi !

 

Ninnin sur les pas de Champlain : Quelle mission ?

Vendredi 24 mai 2019

Ninnin sur les traces de Champlain

Chapitre 1 : Quelle mission ?

 a

Écoutez bien !

L’aventure que ze veux vous raconter commence ici, à Honfleur, l’été dernier.

 aa

«  Samuel de Champlain est parti d’ici, en 1608, pour fonder Québec »

Fonder une ville entière ! Quelle belle épopée ! Z’adorerais qu’il me raconte. Mais depuis 1635, il n’est pas revenu à Honfleur. Une idée d’aventure germe dans ma tête.

 aa1

« - Dom, il est parti avec ce genre de bateau, Samuel ? Il faut combien de temps pour la traversée ? Tu es bientôt en vacances ?

 ab

- Hihihi, non, mon doudou. Il est parti avec ce genre de bateau et mes vacances n’y suffiraient pas. Il faut plusieurs mois pour traverser l’océan Atlantique jusqu’au Canada. »

 ac

Z’ai su crouver les mots. Demain, on embarque dans un gros avion blanc. Paris-Québec direct, en 7h30, Octavie et Aurélie pour m’accueillir là-bas. Ze suis excité comme un ourson.

 ad

Honfleur ! Ze fais le même trajet que Samuel, sans risque, loin de l’eau, et sans perte de temps. Le Canada a été français, puis anglais, puis indépendant. Z’ai révisé l’anglais avant de partir. Pour assurer mes relations avec les habitants.

 ae

Comme prévu, 6 heures plus tard, les rives du fleuve Saint Laurent, la baie des sept îles où vivent les indiens uashat.

Pas comme prévu, le pilote (un as) nous pose à Québec en pleine tempête.

 af

Il neige à gros flocons. Il en faut plus pour ralentir mes recherches. La fresque des québécois ! Là, à la fenêtre, Samuel de Champlain !

« - Youhou ! C’est moi, Ninnin ! Z’ai des questions à vous poser ! »

 ag

Pff ! Ze me suis trompé ! Ceci n’est pas Monsieur Champlain, c’est une peinture sur un mur ! C’est triste. En plus, Dom (mon humaine) a les doigts gelés et l’objectif plein de flocons. Allons plus loin.

 ah1

Rue du pitit Champlain, une des plus anciennes d’Amérique. Une rue à son nom ! Il est célèbre, ici. Ze vais devoir ruser pour l’aborder, sauf s’il est resté très simple.

 ai

Ze me suis sérieusement refroidi depuis mon arrivée. Devant la salle de spectacle, une cabane à sucre et un brasero. Génial pour se réchauffer un peu. Vous m’avez trouvé ?

 aj

Chemise à carreaux rouges et noirs, raquettes et sirop d’érable. Aah ! Ça va mieux, ze peux continuer.

 ak

D’un coup, ze me sens pas bien. Z’avais pourtant hâte de le voir, le château de Frontenac. Depuis 40 ans, ze le reçois en carte postale. Ze ne suis pas resté longtemps réchauffé. Ze suis glacé  zusqu’au cœur de mousse.

 al

« - Tu crois qu’on peut rentrer ?

- Non, pas ici, Ninnin. En plus, tu es un ours, et le commerce des peaux a longtemps été une grande source de revenus à Québec. Tu n’as nulle part où aller ?

- Ah woui, ze sais ! Le pitit coin latin ! Salut cop’s ! »

 am

Ze reprends mes esprits devant le chocolat chaud réconfortant de Thierry : On parle français, les rues sont françaises, les prénoms et les noms de famille sont français. Après 350 ans de domination anglaise ! Trempé-glacé des oreilles aux pattes arrières, ze renonce à mes recherches pour auzourd’hui.

 an

Le lendemain matin, z’ai récupéré. Le mieux pour comprendre des lois, c’est de rencontrer des membres du gouvernement. Et de poser les bonnes questions. Ze vais à Montréal, Capitale du Québec.

 ao

Francette a dit : « le plus rapide, le moins cher, c’est le bus ». C’est parti ! Bien au chaud, wouifi gratuite. Toilettes au fond. Ceinture obligatoire. Tout le confort moderne !

 ao1

Il neige toujours. On a une heure de retard, mais ze peux pas réclamer, ce ne serait pas convenable. On arrive, et c’est l’essentiel. Montréal, les Jeux Olympiques de 1976, son équipe de Hockey !

 ap

« - Eh, l’ours, pousse toi de là. Tu vas prendre un coup de puck !

- Z’ai oublié mes patins ! Le gouvernement, Justin Trudeau, c’est par où ?

- Deux rues plus loin ! File, tabarouette !

  aq1

- Ah, ouf, bonzour Justin. Ze mène une enquête sur Samuel de Champlain et le français parlé au Québec.

- Bonjour Ninnin. Ravi de jaser avec toi. Dans les années 60, on imaginait une assimilation complète. Tout le monde en anglais.

 aq2

Mais au balcon de l’hôtel de ville de Montréal, le Président français, Charles de Gaulle a crié « vive le Québec libre ». Juste après, le parti québécois a été fondé.

 aq3

Il a pris le pouvoir en 1976. Vas à Québec, parce qu’à Montréal, l’anglais domine depuis quelques années. Dans les affaires, l’informatique, la vie. Nous sommes à nouveau menacés. Mais tu peux compter sur moi, je ne vais pas dormir au gaz.

 aq4

Nos plaques d’immatriculation sont en français. Nous nous souvenons que nous venons de France. En grande majorité de chez toi, de Normandie ! Je file mais quelqu’un avec qui tu es tricoté-serré veut te voir.

 aq6

-Bah Yves ! Qu’est ce que tu fais là ?

- C’est la semaine de la francophonie ! Justin m’a reçu, le parlement aussi. Tu sais, en 1985, poussé par Félix Leclerc, j’ai écrit « la langue de chez nous ». Un hymne ici !

Je t’ai gardé une place pour mon concert de ce soir. Tu viens ? »

 ar

Sur la photo de famille, ze suis au troisième rang, tout à droite. En France, il est 6 heures du matin. Hors de question de refuser une telle invitation. Justin parle tout de même un drôle de français, non ?

 ar1

Une dernière recherche avant de dormir : C’est qui, Félix Leclerc ? Poète, écrivain, engagé pour la souveraineté du Québec et la défense de la langue française. Une référence !

 as

Après une bonne nuit, z’ai choisi le déjeuner (pitit déjeuner en français) « continental ». Dom a rajouté sa poudre de chocolat dans le verre de lait chaud. Ze suis prêt.

 at

Le soleil a chassé la neige. Z’ai une zournée pour visiter Montréal. Bof, pas mon style, ces gratte-ciel, ni les promenades en sous-sol sur 29 km sans mettre la truffe dehors.

 au

Cathédrale Marie-Reine du Monde. Ze peux enlever les moufles et le bonnet. En 1642, les missionnaires français ont fondé Montréal et ont essayé de convertir les autochtones (les amérindiens). Ze suis pas trop d’accord. Chacun croit ce qu’il veut.

 av

Beaucoup plus récente que les nôtres (1894), néobaroque, copiée sur celle de Rome, elle a des gros radiateurs ! Il fait super chaud. Z’enlève aussi mon anorak et ze me détends.

 aw

Elle est catholique et à gardé son nom français, cette cathédrale ! Pas normal, dans un pays anglais avec la religion anglaise. Ze n’ai qu’une zournée pour visiter Montréal. À pattes, mission impossible. En hélicoptère ?

 ax

D’autant que la neige tient encore au sol malgré les tonnes de sel déversées sur les routes et les trottoirs. À droite, les statues de la corniche de Marie. Devant, la place Ville-Marie, l’ancien nom de Montréal. Devant moi, la solution : La banque royale et ses 46 étages.

 ay

Ze prends un aller-retour. La dame de l’accueil adapte le badge à ma taille. Ze me dirige vers les ascenseurs et youpi !

 az

Pour la première fois depuis mon arrivée, ze vois le fleuve Saint Laurent, et une bonne partie de la ville. Visionnaire, Monsieur Champlain avait identifié l’île de Montréal comme un bel emplacement pour le commerce des fourrures. Euh. Les fourrures d’ours ?

 ba

Deuxième ville du Canada, 1 700 000 habitants. Il ne s’était pas trompé. Pas le temps d’aller au mont Royal, et avec la neige tombée ces derniers jours, pas sûr que ses chemins soient dégagés.

 bb

La glace sur les vitres s’écroule de temps en temps et me fait sursauter. Ze repère le trajet vers le vieux port. Les gens qui me croisent crient :

« - Oh le beau toutou ! ». Z’y comprends rien !

 bc

Avec la glace, le ciel bleu et les immeubles, Dom s’amuse à faire des photos d’art. Z’aime bien les idées étranges de mon humaine. Puis on redescend.

 be 

Z’ai un creux sérieux. Si ze veux être en forme, il faut manger. Sinon, ze vais pas tenir le coup, et cette publicité m’inspire. Le français est la seule langue officielle du Québec. Tout est quand même en anglais aussi. Frites, sauce, viande, foie gras ? Un peu de tout m’irait crès bien !

 bf

Ze suis entré dans le premier resto venu. L’aventure fait une pause. Champlain ou langue française, quelle mission ze poursuis ? Les deux !

 

 Retour à « Ninnin sur les pas de Champlain »

Retour à la liste des histoires

 Un dictionnaire Québec-France est disponible icite !

Ze remercie Aurélie, Francette, Octavie et Thierry de leur accueil et de leur aide permanente, sans qui cette aventure n’aurait pas été possible, le musée Grévin-Montréal et ses gentilles photographes, Yves et sa patience.

 

Un avant goût d’Armada

Mardi 12 février 2019

Un avant-goût d’Armada !

 

 1

Hier, Dom (mon humaine) est rentrée en retard : embouteillages dus au pont Flaubert fermé. Pauvre Dom ! Ze vais regarder sur internet, pour la prévenir si ça recommence, et surtout lui dire pourquoi ce pont était « en haut ».

Wouah ! Trop chouette ! Vivement qu’elle rentre ! Ze veux pas rater ça ! Ze dois changer de tenue tout de suite !

 2

« - Coucou, mon Doudou. Bah, pourquoi cette tenue d’apparat devant le coussin du Mir ? Une envie de croisière en Norvège ?

- Dom ! Tu ne devineras jamais ! Le Mir ! Il est là, à Rouen, pendant 8 jours ! 8 mois avant l’Armada !

- On fonce Ninnin. On ne peut pas rater ça ! Mais tu te changes. Cette tenue n’est pas assez chaude. »

 3

Hihihi ! En quelques minutes, nous voilà sur les quais. Comme d’habitude ici, des milliers de rouennais sont au courant !

Grosse déception : Il y a un banquet officiel sur le pont (donc, sur le Mir). Interdiction de monter sans carton d’invitation. C’est nul !

 4

La magie « Armada » opère et, très vite, ze sais à quelle heure, quels jours, il sera visitable. Mais Dom a une semaine chargée. Il faut qu’elle trouve une place dans son agenda.

 5

Quand ze veux un cruc, ze suis quel genre de nounours, à votre avis ?

Débrouillard ? Obstiné ? Têtu ? Persuasif ? Rusé ?

Réponse : un peu tout ça !

 6

Pendant chaque Armada, il y a des humains qui tombent dans la Seine. Ne comptez pas sur moi pour un spectacle aussi pitoyable et humide.

 7

Alors, z’accepte volontiers le harnais et le fil (minuscule par rapport à ces cordages) qui me relie à Dom.

 8

« - Ninnin à la barre ! Virez de bord, moussaillons ! »

Ze m’amuse comme un ourson et z’en profite un max, pasqu’il faudra attendre 8 mois pour revoir le Mir, et tous les autres bateaux invités. 8 mois, c’est crès long !

 9

Mais, c’est quoi, ces plaques de bois, sur les bouts (prononcez boutes) d’amarrage ? Ze peux aller demander, ze parle russe depuis mes deux voyages là-bas.

 10

« - Dis donc, Chouette, qu’est ce que tu fais là ?

- J’empêche ses sales bêtes de rats de grimper le long du fil pour monter à bord. Avec mes deux poids roses, je tiens bien en équilibre et aucun ne passera.

- J’ai des copains rats et c’est pas des sales bêtes.

 11

- Je confirme ce que dit Chouette : ça mange les cordages, les provisions. Plus rien de propre pour se nourrir et sans cordages, les voiles s’écroulent. Un conseil, Ninnin : Vire ces bestioles de chez toi ! »

 12

Ils sont en bon état, leurs bouts ! Z’ai pas aimé leurs propos. C’est ça, du rat-cisme ? En tous cas, les rats et les souris de la maison peuvent y rester. C’est en partie grâce à eux que z’ai sauvé Shirley. Ze ne l’oublierai zamais !

 13

La visite se termine, mais grâce aux bavardages sur le bateau, z’ai un nouveau rendez vous : dimanche, 8h30 du matin. Ze peux pas rater ça !

 14

Dom adore sa grâce matinée du dimanche. Elle est sacrée. Mais ma vie a ses priorités. Il fallait que j’y sois ! Un pitit soleil levant, quelques nuages. De magnifiques photos en perspective.

 15

D’habitude, pour le départ des bateaux, ze suis le long de la Seine, dans un pré, admirant « la grande parade ». Z’ai une occasion unique aujourd’hui : voir la manœuvre de départ.

 16

L’Abeille arrive vers 9h00. L’Abeille, c’est le bateau de Rouen qui va aider le Mir. Ils s’accrochent. La deuxième Abeille est partie à l’avant du Mir. Passionnant ! Russe-français, pas de cri, le ballet est bien réglé.

 17

Drôlement costaude, l’Abeille ! Elle tire, elle pousse, elle sait ce qu’elle doit faire. Et hop ! Le Mir décolle du quai. Z’ai pas le temps d’avoir un pincement au cœur tellement c’est beau.

 18

Et ça va vite ! À 9h36, le Mir est au milieu de la Seine, la lumière magnifique. Dom prend un max de photos et ne se plaint plus de ses heures de sommeil manquantes.

 19

« - Et oh ! Ça va pas ! C’est l’arrière du Mir ça ! La mer, c’est vers la gauche ! Dans ce sens là, tu vas à Paris !

Dom ! Il se trompe ? La Seine est crop étroite pour un demi-tour ?

- Je ne sais pas, mon Doudou. Peut-être qu’ils vont le traîner à l’envers pendant longtemps. »

 20

 Et tout à coup, juste devant mes nœils, une Abeille tire, l’autre pousse. L’instant le plus majestueux de la matinée : demi-tour en plein port avec quelques mètres seulement de chaque côté. Des as !

 21

Et s’il avait foncé vers le quai ? Et si l’amarre s’était rompue ? Et s’ils avaient mal calculé leur virage ? Bah non ! Ils le font à chaque Armada, avec tous les autres bateaux autour. Ils ne peuvent  pas rater !

 22

10h00. Une fois dans le bon sens, Il a avancé tellement vite que même en courant, on n’a pas pu le suivre. Il est là-bas, sous le pont Flaubert, à nouveau levé toute la matinée. En route vers Saint Petersburg, son port d’attache.

 23

Dom avait bien anticipé mon pitit coup de blouze post Mir. Elle me connait bien.

 24

Dans 8 mois il revient, avec tous les autres « gros bateaux à voile du monde entier », on fera chambre d’hôte pour les copains. 10 jours de folie douce ! Z’ai hâte ! En attendant, vous pouvez relire « Ninnin à l’Armada » ;-)

 

 

Merci à Agnès qui a fabriqué le merveilleux coussin « Mir » crès confortable que z’adoore.

Retour à la liste des histoires

Retour aux aventures en France

Et toi, C’est quoi ta couleur ?

Dimanche 30 décembre 2018

Le secret de Ninnin

 b

 Pour noël, z’ai été super gâté : des ticheurtes imprimés avec mes photos de voyage, un ensemble en laine pull-bonnet-foulard, une chemise carreautée pour mon prochain séjour au Québec, des chaussures pour courir vite, des chaussettes à mettre dans les chaussures,

 a

 une visite du musée Picasso à Paris (z’adore les expos de peinture) et aussi des grands magasins.

 

 et un livre d’eMmA. « Et toi, c’est quoi ta couleur ? » Ici, chez Dom (notre humaine), personne ne se posait la question, avant le livre. On vit heureux, sans distinction de couleur, d’espèce, de sexe. Tous ensemble, ouaih !

 1

Mais avec le livre d’eMmA, on s’est identifiés. On a réfléchit. Blanc, c’est simple. Encore que si on regarde bien, y’a des nuances de blanc. Dans le livre d’eMmA, 8 enfants souffrent de leur différence.

 2 

Il y a Jules, qui a les cheveux roux. Groupi a formé le quatuor des oranges et ils se sont trouvés plutôt jolis.

 3

Il y a Lin-Mei qui est beaucoup moins jaune que mes cop’s, et sans taches noires !

 4

Le troisième, Corentin, dit qu’il est parfois rouge. Z’y crois pas !

 5

Fatou parle de la maladie bleue.

« - Dis donc, Ninnin, être bleu, c’est pas une maladie !

- Cocorico ! Une photo des bleus ? Je veux y être ! »

Ze me suis souvenu que Dom a acheté tous les bleus en solde. Elle disait que les gens n’en voulait pas et que ça l’arrangeait bien, parce qu’elle les adore.

 6

Dans le livre d’eMmA, Arturo est noir de cheveux. N’allez pas faire des remarques à Jonah, pasqu’il est très pitit, et très costaud. C’est le meilleur au rugby. Les «  tounoirs » gagnent toujours !

 7

Chez nous, avec une maman noire et un papa blanc, on peut être gris, ou noir et blanc, comme Pi-Tchoun. Augustine, dans le livre, dit qu’elle se sent rose. Dom n’aime pas le rose, pourtant, il y en a parmi nous. Elle respecte et accepte. On naît rose, on ne choisit pas !

 8

Titou, très inspiré par Yves, qui a écrit la préface du livre, a groupé les pitits pour faire la somme de leurs différences et consoler Marcel. Un bel arc-en-ciel.

 9

« - Et moi, c’est quoi ma couleur ? »

 10

Sandhiya est  brune de peau, mais quel brun ? Où s’arrête le brun et où commence le beige? Ze vous laisse choisir !

 canapé

À la fin de cette séance « photos de couleurs », on s’est remélangés comme avant.

 livre fini

Mais d’un coup, en voyant les autres poser chacun leur tour, être sûrs et fiers de leur couleur, un étrange malaise m’a envahi et tout m’est revenu en mémoire : Et moi, c’est quoi ma couleur ?

 Ninnin 

Ze m’appelle Ninnin,
Ze suis un nounours Boulgom, de Chaponost, près de Lyon.
Quand ze suis arrivé chez Dom ( mon humaine), il y avait déjà Ninnin ( le chouchou de Yannick), Ninnin-Brun, Ninnin-Jaune, Ninnin-Rose, Ninnin-Beige.
Et moi, c’était quoi ma couleur ?
Dom ne savait pas lire, alors elle a demandé à son grand frère Yannick de regarder sur ma boite de naissance.

 11

Il a retourné le carton dans tous les sens et a dit : « Champagne »
Ils étaient bien embêtés. Ils trouvaient que Ninnin-Champagne n’était pas un prénom convenable.
Dom a dit :  » Je ne veux pas qu’on se moque de lui en disant qu’il boit »
Yannick a ajouté :  » Ça fait trop riche, trop vantard, mais Ninnin-Beige on ne peut pas, il y en a déjà un ici.
Moi z’étais triste. Pourquoi ma couleur leur plaisait pas ? Z’avais peur qu’ils me trouvent moche et que Dom ne m’aime pas et que ze vieillisse tout neuf, dans ma boite en carton, tout malheureux.
Dom l’a bien compris et m’a rassuré :
 » Tu es le plus beau nounours que j’ai jamais vu. Pas beige, pas blanc, pas brun….. Champagne ! Le luxe et la perfection à la française. Je t’adore pour la vie. Mais pour que tu n’aies pas d’ennuis avec ton nom, sans mentir sur ta couleur, on a trouvé une solution : Le Ninnin de Yannick accepte de changer de prénom. Il sera Ninnin-Blanc, et toi Ninnin. Moi, je saurais bien que tu es Ninnin-Champagne, c’est l’essentiel !
Grâce au livre d’eMmA, tout est remonté dans ma mémoire. 50 ans plus tard, ze me souviens.

Mais surtout, z’ai envie d’être fier de ma couleur, z’en ai le droit. Pas de ma faute, si ça fait Luxe, ou riche. C’est pas honteux ! Ze ne veux plus la cacher !
Alors quand on me dira :
 » Et toi, c’est quoi ta couleur ? »
Ze répondrai  » Champagne ! « 
Dom a promis d’en faire autant. Et un grand vent frais est entré dans mon cœur ce soir.
Merci eMmA !

12

D’ailleurs, depuis l’arrivée de Floni, cette semaine, ze crois bien que ze suis plus le seul « Champagne ».

 

Suivez le lien vers  le  livre  d’eMmA

livre fini

Retour à la liste des histoires

Retour à la vie familiale

 

Ninnin retourne au Mans

Dimanche 23 décembre 2018

Ninnin retourne au Mans

 1

SMS de Anne à Ninnin :

« - Je suis au Mans, je viens de discuter avec lui. Je t’envoie sa photo. »

Crès énervant, ce SMS ! Z’ai habité là-bas pendant 4 ans. Ze reconnais « le vieux Mans », mais quelle rue ? Une seule solution : y aller voir moi-même !

SMS de Ninnin à Anne :

« - Ze relève le défi ! »

 2

 Et hop ! Patricia, la grande copine de Dom (mon humaine) était libre, Dom avait fini son concert de guitare chez Joël et Léo à 100 kilomètres de là. Elles ont été faciles à convaincre.

 3

Au Mans, pour les jardins, on est super équipés. Ze sais pas quel jardinier utilise ce matos ! En 24 heures, toute la ville est ratissée !

 4 

Ce qu’Anne ignore, c’est que Patricia a été miss Le Mans et qu’elle a cravaillé à l’office de tourisme. Elle est donc la collègue de l’ours. Alors, z’ai un peu triché, pas beaucoup cherché, et gagné le défi !

SMS de Ninnin à Anne :

« -Trouvé ! Hihihi ! »

 5

SMS de Anne à Ninnin :

« - Bravo Ninnin. Tu m’épates ! Bon séjour ! »

 6

En allant vers l’ours, z’ai vu ces plaques commémoratives des vainqueurs des 24 heures voiture.  Magnifiques ! On n’est pas restés trop longtemps, mais z’ai gardé l’idée.

 7

Alors un zour où z’avait du temps, où Dom était au boulot, z’ai pris un rond de bois bien plat et écrasé de la pâte durcissante.

 8

Z’ai enlevé mes chaussettes et sauté dedans à pattes jointes. Z’avais un peu peur que la pâte reste sur mes pattes, mais non !

 9

Pour les pattes avant, z’ai bien appuyé de toutes mes forces.

 10

Après, z’ai enlevé le tour et gravé la plaque. Il restait à signer.

 11

La prochaine fois que z’irai au Mans, ze la donnerai à Patricia et grâce à ses relations, z’aurai ma plaque perso dans la vieille ville. Ils seront fiers d’être les seuls au Monde à avoir mes empreintes !

Retour à été 2018

Retour à la liste des histoires

Ninnin gilet jaune !

Dimanche 16 décembre 2018

Ninnin « gilet jaune » !

Pour vous, Le S.N.O.P. mène l’action

1

5 samedis de lutte, 5 semaines de blocage ! En tant que Président du Syndicat National des Ours en Peluche, ze suis vite entré dans l’action pour défendre vos intérêts. Au rond point « Sorel », Titou et moi, on n’a rien lâché ! Barrages, ralentis. Seules les ambulances et les urgences pouvaient passer. Z’ai peur du feu, alors z’ai pas incendié les palettes. Ils nous ont envoyé les hélicos et les chars, rien ne nous a découragé ! 

2

Pour remplir ce caddie, il faut beaucoup trop d’euros ! Mes oursons aussi ont droit au miel, au chocolat, au poisson ! Sans taxes ! Produits de première nécessité ! Nounours, c’est un métier usant, avec des heures de nuit ! Bref ! Il faut obtenir les avantages justes.

3

Voyant qu’on ne céderait pas, Monsieur Macron nous a reçus à l’Elysée.

« - Vous avez promis quelques trucs aux humains, mais pas grand chose aux nounours et doudous.

- C’est vrai, Monsieur Ninnin. Mais l’état a déjà fait beaucoup d’efforts. Acceptez mes pistes de réflexions et, à quelques semaines de noël, soyez responsable ! Pensez à tous les doudous anxieux qui doivent circuler pour arriver à temps sous le sapin.

- Zustement, il faut baisser le prix du carburant pour tous les doudous qui doivent circuler !

- D’accord, Monsieur Ninnin, je supprime les taxes prévues. Et je lance une grande consultation. « 

10

Parce qu’il faut savoir arrêter un mouvement syndical avant de sombrer, z’ai accepté la proposition, dégagé le rond point et ouvert un carnet de doléances. Cop’s, nous avons 10 semaines, pas une de plus, pour participer à la grande consultation Nationale ! Envoyez moi vite vos revendications ! Remplissez un commentaire à la fin de cette page. Ze serai le porte parole de vos doléances au plus haut de l’état.

Soyez sûrs que ze serai vigilant à la suite à donner à notre action si la réponse du Président n’était pas à la hauteur de nos attentes.

Vive le S.N.O.P.

Vive la République

Vive la France

 

Coup de folie à Honfleur

Mardi 25 septembre 2018

Coup de folie à Honfleur,

Comment la chaleur peut faire faire des folies à un nounours raisonnable….

 aa

« - Dom, ze t’assure, c’est pas la bonne route, pour aller chez Nathalie.

- T’inquiète pas, mon Ninnin, je suis sûre de moi.

  ab

- Regarde, Dom, Le Havre, «  l’hôtel Oscar » de Nathalie, c’est de l’autre côté du pont, au nord de la Seine. Par ici, c’est Honfleur, au sud.

 ac

 - Bien sûr, mon doudou, mais Nathalie a vendu l’hôtel et acheté un magasin. Le magasin, c’est par là.

- Ah bon ! Mais pourquoi tu m’as jamais emmené ?

- Je pensais que ça ne te plairait pas. »

 ad

Comment elle a pu penser ça ? Tout m’intéresse ! Bon, pas trop les jets d’eau-qui-mouille, mais il suffit de contourner.

 ae

La navigation maritime, ze connais. Z’ai fait trois croisières en Norvège. Ze peux aider ! Ze suis de Saint Nazaire, z’aime les ports.

 af

Wouah ! Les belles maisons en hauteur ! Z’avais déjà vu la photo, mais jamais en vrai ! Et Dom qui voulait me priver de ça !

 ag

« - Salut, Toi ! Chez Nathalie, un magasin tout neuf, tu connais ?

- Les magasins, c’est derrière moi, ou alors, rue du Dauphin. Y’a de chouettes boutiques de biscuits, de bonbons, de sardines. Hum ! Un délice !

- C’est sûrement ça ! Z’y vais ! Merci ! »

 ah

« - Dom, le pitit Champlain, c’est bien le quartier où habitent Octavie et Aurélie, mes copines québécoises ?

- Oui, mais Champlain, c’est le nom de ce Monsieur qui a fondé Québec en partant d’Honfleur. »

 ai

Le Québec, c’est mon prochain voyage. Ze fais Roissy-Québec direct. Alors, sûrement, en 2020, à Québec, il y aura le quartier du Pitit Ninnin. Hihihi !

 aj

En attendant, ze dois trouver la rue du Dauphin et le magasin de Nathalie que Dom voulait me cacher. Ze me demande bien pourquoi. C’est pas son genre. On partage tout !

« - Ninnin, tu dois lever la tête. Dans cette église, c’est le plafond qui est beau.

 ak

Deux coques de bateaux retournées faites par les charpentiers de marine.

- Impressionnant, Dom. »

 al

Vraiment joli, le quartier. Mais elle est où, cette rue ? Ze vais me renseigner auprès des habitants. C’est le mieux.

am

« - Par là, tu es sûre ?

- Ah oui ! La boutique de Nathalie, multicolore, avec de merveilleux produits. Je sais ! »

 an

Elle a raison, c’est là. Ze vais me promener dans la rue et ze verrai bien Nathalie dans la boutique.

 ao

Woui ! C’est bien elle, derrière cette vitrine !

« - Ninnin, il faut que je te dise..

- Rien du tout, Dom, ze rentre ! Tu pourras pas m’empêcher ! »

 ap

Horreur ! Des dizaines de savons de toutes les couleurs et de toutes les odeurs-de-propre imaginables. Boeurk ! Z’en ai la tête qui tourne ! Ze comprends mieux pourquoi Dom  ne m’a jamais emmené !

« - Nathalie, tu as senteur « doudou-pas-lavé-depuis-des-années » ?

- Hihi, non, Ninnin. Mais j’espère bien que tu vas m’aider à tester ma nouvelle gamme de produits.

 aq

- Ces pitits bonbons à tous les parfums ? Ze veux bien !

- Attention, Ninnin, ce sont des boules qui parfument l’eau du bain. N’y goûte pas et viens par ici.

- Pouah ! L’enfer, cette boutique !

 ar

- Que dirais tu de ce gel douche au miel, accompagné de savon, solides ou liquides ? Je compte sur toi pour essayer et me rapporter ton expérience.

 as

Ou alors ces mini-savons ? Un lot de 6 ?

- C’est trop beau, tous ces pavés multicolores. Et tes produits au miel sont tentants.

 at

Nous, on n’est pas pressés d’entrer dans l’eau, mais toi ! T’as peur de quoi ? Tu vas pas fondre ! Et puis, il fait 34°C depuis 15 jours. C’est le moment idéal !

- Euh. Z’ai faim. Vous me tournez les idées, ze me reconnais plus et ze peux pas réfléchir quand z’ai faim. »

 au

Galette complète et jus de pomme pour faire glisser. Régine, la patronne, mange avec nous. Ze vais beaucoup mieux.

 av

Ze note l’adresse. Plein de disques vinyles anciens aux murs. Z’adore cet endroit. Z’ai ma pitite idée pour améliorer la déco !

Retour chez Nathalie.

 aw

« - Aller, vas-y ! Mets-moi celui-là !

- Tu me diras, Ninnin. J’ai vraiment besoin de ton avis.

- Parole de nounours, dès demain, ze teste. Tu me fais visiter Honfleur ?

- Viens, Ninnin. »

 ax

Depuis qu’elle est ici, Nathalie connait tout : les patrons des magasins et des restos, les belles églises,

 ay

les rues typiques. Pavés et colombages. Magnifique !

 az

«- Tououte ! En route, les cop’s ! Suggestion du jour : Cap à l’ouest, droit sur le Québec, comme Monsieur Champlain !

 ba

- Ninnin, finir l’après midi dans le jardin de Nathalie pendant qu’on papote, ça te dirait ?

- Woui, bien sûr ! »

 bb

Ze suis pas crop mal installé. Les filles peuvent papoter un max. Comme d’hab, on rentrera de nuit, z’ai le temps de faire une sieste.

 bc

Le matin suivant, il fait déjà 22°C au réveil. Idéal pour un séchage rapide. Verveine ? Miel ? Z’ai encore un peu de temps avant de me décider.

 bd

Ze dois tenir parole. Testeur officiel des savons de Marseille, c’est un honneur.

 be

Miel, lait d’ânesse, verveine. Le grand bain où z’ai pas pattes. Une eau à bonne température et mes jouets préférés. Rien ne manque. Dom a mis le paquet !

 bf

Un, deux, trois :

 bg

Youhou !

 bh

Pas de danger : Une grosse force me fait vite remonter à la surface. La poussée d’Archimède. Mais si, vous savez :

Faites un moule en forme de Ninnin, remplissez-le d’eau.

Pesez l’eau, pesez-moi.

Poids eau>poids Ninnin

donc, ze flotte !

 bi

Une fois mouillé, z’adore rigoler dans l’eau. Ze fais des longueurs,

 bj

ze recommence plein de fois le plongeon et éclaboussant bien partout à chaque fois.

 bk

Et ze refais des longueurs. Dom arrive, voit l’eau partout, ne dit rien pasqu’elle est prête à tout pour que ze prenne un bain. Z’en profite.

Elle prépare le pitit bain, plus pratique pour le lavage-rinçage.

 bl

Ze choisis « miel de Provence ». C’est ce que Nathalie m’a conseillé.

 bm

Dom me met du produit partout, me frotte, me rince. Avec respect et douceur, quand même !

Surprise : le produit part vite de ma pluche, contrairement à mon ancien shampooing qui s’incrustait ! Agréable !

 bn

Ze sens bon, sans faire éternuer Dom qui est allergique à tout. Indispensable pour ne pas être privé de câlins et de bisous pendant de longues zournées ! Parfait !

 bo

Sous l’œil bienveillant d’Amandine, ma copine, ze sèche dans la journée, grâce aux 34°C du mois d’août. Génial, le réchauffement climatique !

 bp

Un mois plus tard :

« - Yves, un énorme pot de ta crème de marrons préférée en échange d’une dédicace sur ton « 45 tours virages » pour le Bacaretto, c’est possible ?

- Et comment, Ninnin ! J’adore ton nouveau parfum. Miel, c’est ça ?

 bq

- Ahh !

- Ninnin, Ninnin, réveille toi ! Tu as crié !

- Un gros cauchemar, Amandine ! Nathalie avait vendu son chouette hôtel pour un magasin de savons, z’avais eu plaisir à prendre un bain, ze sentais encore un mois plus tard !

 br

- Rêve, ou réalité ? Hihihi. À renifler ton odeur, moi, je sais !

Les autres n’auront qu’à visiter Honfleur pour en avoir le cœur net ! »

 

 

Avec, par ordre d’entrée en scène :

La Maison du savon de Marseille, 27 rue du Dauphin, Honfleur.

Le Bacaretto (chez Régine et Hervé) 44 rue de la chaussée, Honfleur.

Yves Duteil. Photo : Sylvie Legall (merci !)

Éclipse totale de lune

Mardi 25 septembre 2018

Ninnin et l’éclipse du 27 juillet 2018

 

 11 éclipse aa

En tant qu’astronomours, ze me devais d’y être. En grande tenue d’apparat. L’éclipse de lune du siècle. La veille, z’avais pris des repères et de belles photos. Depuis le début de l’été, il faisait un grand soleil magnifique. Ne rien laisser au hasard.

 11 éclipse ab

Le 27, bien avant l’heure, ze suis retourné, sûr de moi, au lieu d’observation choisi. Pas grave, ces nuages. Ils vont passer. Ils me laissent le temps d’installer le matériel.

 11 éclipse ac

Le même pied de photo que dans les rocheuses, la même excitation. Mon site est parfait. Tout devait  bien aller.

 11 éclipse ad

Oui, mais voilà. Ze n’ai vu que ça de ciel bleu. Rien à faire ! Jaloux de la France entière, ze téléphone fébrilement partout : personne ne voit rien ! C’est consolant ! Sauf ma cousine Marine, à Nancy.

 11 éclipse ae

Les photos de la lune, prises la vieille, c’est plutôt énervant ! Et puis, il s’est mis à pleuvoir. Fort. Mais vraiment fort !

 11 éclipse af

Ze suis remonté bien triste dans la voiture et c’est là que Brigitte à appelé :

« - Allo, Ninnin. Je ne vois rien, et toi ?

- Rien non plus !

- Que dirais-tu de me rejoindre à Lyon, dans quelques jours, pour des observations de nuit, avec mon énorme télescope ?

- Génial Brigitte ! Lyon, c’est ma ville natale. Z’arrive ! »

 

Grâce à Brigitte, z’étais plus triste du tout. Une nouvelle aventure allait commencer.

 

 

Ze suis « fleur bleue »

Mardi 25 septembre 2018

Ze suis « fleur bleue »

Pas la peine d’aller loin de chez soi pour voir de belles choses…..

 7 lin a

Wouah ! Z’y suis ! Depuis le temps que Dom (mon humaine), me parle de ces magnifiques champs de lin, sur la route de Bernay. Depuis le temps qu’elle refuse de m’emmener sous prétexte qu’elle y va pour bosser.

 7 lin b

Sous prétexte qu’il faudrait partir plus tôt, parce que l’après midi, les fleurs sont fermées et qu’elle déteste se lever avant l’heure.

 7 lin c

Sous prétexte que le lin en fleurs, ça dure à peine une semaine et qu’elle ne peut pas prévoir.

Z’ai balayé tout ça d’un regard de pov’ nounours mal aimé. Z’y suis !

 7 lin d

En rang bien serré, bien droits, bien tracés par le tracteur, ze vous présente « le lin ». Premier producteur mondial : La Normandie.

8

Promis, ze me fais discret toute la zournée de boulot.

Heu, z’essaie.

 

Chez Jean etJeanine

Mardi 25 septembre 2018

Chez Jean et Jeanine

Ninnin et le  pas de Roland

 aa

Chaque année, ze descends en train à Barbotan, dans le Gers, et ze reviens en voiture. Ze vous ai déjà tout raconté : Bordeaux, les canards, le foie gras, les croustades. (voir Ninnin à Bordeaux)

Mais là, c’est une année exceptionnelle !

 ab

En plus des activités habituelles, ze suis passé à « Notre Dame des cyclistes », la chapelle préférée de Dom. Luis Ocaña, son  idole, y est la vedette et elle peut rester des heures à vanter ses exploits avec les gardiens, à admirer ses vieux maillots jaunes. Ze m’occupe comme ze peux.

 ac

Mais surtout, dès la cure de Mémé Monique terminée, Direction Itxassou (prononcez Itsassou), dans le Pays Basque, chez Jean et Jeanine.

« -Salut les cop’s. À Fécamp, on m’a parlé du « pas de Roland ». C’est qui ? Il a fait quoi ?

- C’est le neveu de Charlemagne. Vas en voiture avec Jeanine, elle va te montrer. Elle est d’ici, elle sait tout !

 ad

Ze retrouve le Pays Basque avec plaisir ! Ses maisons, ses paysages de Pyrénées. Jeanine explique :

« - En 778, Roland est passé par ici, sur la route vers Roncevaux.

  ae

Avant, je vais te montrer la petite église de Bidarray.  Avec Jean, on l’aime beaucoup.

- Très belle, en effet, Jeanine. Mais Roland, il a fait un pas et tout le monde en parle depuis tant d’années ?

 af

- Ce n’est pas un pas. Il a transpercé la montagne, avec son épée, parce qu’un rocher lui barrait la route. Joli, l’intérieur, n’est ce pas ?

 ag

 - Jeanine, elles ont une forme étrange, ces pierres, non ?

- Saute dans les bras de Dom. Vu de dessus, tu devrais mieux voir la coquille Saint Jacques du chemin de Compostelle !

- Il faisait Compostelle, Roland ?

- Non ! Il défendait le royaume des francs contre les invasions. Je vois bien que tu es impatient. En voiture Ninnin, on y va ! »

 ah

Z’ai tout bien compris : Ici, une plage bien fraîche quand il fait chaud, l’été. C’est le Laxia qui se jette dans la Nive. Un confluent miniature.

 ai

La Nive est bien calme, mais en cas d’orage, elle peut devenir méchante. Le chemin de fer a demandé un max de boulot, le long de la roche.

 aj

Même quand elle est calme, la Nive peut secouer les imprudents : canoës, rafts et trucs flottants. Ze préfère les sports sans eau !

 ak

Et là, sous mes nœils, enfin, le pas de Roland !

« - Jeanine, tous les humains, même adultes, croient qu’il a pu faire ça avec son épée super-costaude ?

- Bien sûr Ninnin ! Tu peux descendre, tu te rendras mieux compte. »

 al

Z’ai pas cru un mot de cette histoire pour oursons, mais z’ai adoré cette promenade avec  mes copains basques, ce pitit coin de verdure.

Ze reviendrai, parole de Ninnin.

 

 

Ze remercie Jean et Jeanine, que z’ai connus pitit ourson, fidèles lecteurs de mon blog, qui m’ont reçu comme un prince.

 

Retour aux histoires en France

Retour à la liste des histoires

1234